26 septembre 2006

A bruti, bruti et demi

Extrait d'un blog tenu par un inspecteur du travail:

"Depardieu et les inspecteurs du travail

Les outrages envers les contrôleurs et les inspecteurs du travail ne sont pas l'exclusivité d'employeurs allergiques à l'inspection du travail. Certaines célébrités peuvent également se laisser aller à ce type de comportement, comme ce fut le cas récemment pour l'acteur Gérard Depardieu.

Septembre 2005: un contrôleur et deux inspecteurs du travail se présentent sur le tournage du film "Michou d'Auber". Leur mission, ce jour là, consiste à contrôler les conditions d'emploi des travailleurs intermittents du spectacle.

Parmi les acteurs présents: Gérard Depardieu. L'acteur n'apprécie pas cette venue de l'inspection du travail et il s'emporte contre les trois fonctionnaires qui font leur travail.

-"Qu'est-ce que c'est que ces trois rigolos ?" s'exclame-t-il.

De toute évidence, ça l'énerve méchamment Gérard Depardieu cette intervention, d'autant plus qu'il a le sentiment d'être leur employeur:

-"C'est moi qui les paie avec les 75 % d'impôts qu'on me prend !".

A la suite de ces propos, les inspecteurs saisissent le Procureur de la République. Ce dernier décide de poursuivre l'acteur pour délit d'outrage à l'encontre du contrôleur et des inspecteurs du travail. En effet, il s'agit bien d'un délit prévu par le code du travail et réprimé par le code pénal.

Lors de l'audience du Tribunal Correctionnel de Montluçon, le Procureur de la République dénonce "une attaque injuste à leur fonction" et évoque "les conditions de travail difficiles des inspecteurs du travail". Il requiert à l'encontre de monsieur Depardieu une amende de 4000 euros.

Finalement, Gérard Depardieu (représenté par son avocat) sera condamné à 3500 euros d'amende. D'après son avocat, l'acteur, ce jour là, était "stressé" ...peut-être, mais ni le stress, ni la notoriété, n'autorisent l'outrage."

Pauvre homme !

25 septembre 2006

La chance aux chansons

A l'heure où la langue de Molière subit les assauts soniques répétés de nos cousins d'outre-Manche (les rosbeefs) et d'outre-Atlantique (les ricains), quelques compatriotes relèvent la tête et organisent la résistance qui permettra d'assurer la survie de notre délicieux dialecte pour les générations futures, qui ainsi auront peut être la chance d'entendre et de lire la crème des artistes de notre époque (Pascal Obispo, Linda Lemay, Michel Sardou, Alexandre Jardin, Anna Gavalda, Bézu, j'en passe et des meilleurs).
Un coup de projecteur sur ces modestes artisans oeuvrant dans l'ombre s'impose donc, et ce blog dédié aux forces vives de notre nation, du moins passé 10h du matin, semble être le réceptacle approprié. Il s'agit du groupe DelpechMode qui célèbre le mariage réussi des ritournelles pop anglo-saxonnes au devoir d'exigence et de poésie de la langue de K-Maro.
Ci-joint une petit extrait en écoute, pour plus de titres :


j'ai la mémoire qui flanche, j'me souviens plus très bien...



tu te souviens ?

alors perds pas la mémoire...

23 septembre 2006

A qui appartient ce pied ?

Un jour dans un collège, quelque part, en France


En ce moment en salle des profs, on entend de ces choses:
1- Moi, je vais voter coco parce qu'à la différences des socialistes, ils n'acceptent pas les reculs en matière de retraite
2- Jeudi , je vais faire grève car il faut que j'achète mon nouveau mac
3- les 4e 12 (pour protéger mes sources quelques noms ont été changés) , c'est des sacrés feignasses, la moitié n'avait pas appris "la cigale et la fourmi"
4- Les 3e orange ; y'en a la moitié qu'arrive en retard, pour la peine je me lèverai 30 minutes en retard
5- Celui-là, il m'a traité de grosse pute...grosse je veux bien mais pour le reste....
6- J'te rappelle que les socialistes, eux , ils ont pas tué des millions de gens!
7- On parle jamais de sexe au collège!
8-Arrête , je parle jamais de mon mec, tu crois que je suis superficielle?
9-Il est beau ce gamin, il de beaux yeux bleus-verts, mais il faudrait qu'il maigrisse un peu
10- Tu pourrais au moins lire "mon quotidien", le journal des ados.

20 septembre 2006

Vous tenez le bon bout!!


Allez! courage! Il ne vous reste plus que trente-cinq jours avant les vacances! Ce n'est pas tant que ça, ça passe vite! Vous avez déjà fait treize jours pleins (ou presque car évidemment, certain ne travaille que trois jours par semaine...)
Je vous préviendrai quand vous en serez à la moitié de la première période. On peut dire qu'il ne vous reste plus que trois fois ce que vous venez de faire, ce qui paraît moins long que si je vous annonçais qu'il vous reste cinq semaines pleines...
Bon courage
A bientôt

Je pars à la piscine.

16 septembre 2006

Le prix s'oublie, la qualité reste !

Ca, c'est ma raquette de badminton. Elle est belle. Elle est belle, noire et féline. C'est une Babolat "Booster Ti". 92 grammes de dentelle de graphite.
En plus, elle est neuve. Rien que dans la housse, elle rugit déjà. Elle est belle, noire, féline et joueuse. Evidemment, un artisan lui a donné vie. Il faut rétribuer justement cet artiste et l'encourager. Un laboratoire compliqué avec des ordinateurs tout aussi compliqués a étudié la moindre de ses courbes de compétition. Tout ça se paye aussi.
Je sais que je ne regretterai pas le prix que j'ai payé (pour 60 €, on trouve même pas de petits hauts sympas !) puisque je suis déjà autrement plus riche de mes rêves de victoire écrabouillante sur l'adversaire chematien.

keskipolémic!!!



Selon Keski, qui tient ça de ses aïeux, on ne regrette jamais d'avoir mis le prix pour avoir la qualité.
D'accord mais on est débutant, alors 60 euros pour taquiner le volant, je préfère encore ma raquette de plage !
A bientôt sur les terrains.

13 septembre 2006

j'arrive pas à m'y faire...

Après la récré Zézette vient me chercher dans mon bureau, comme elle a l'habitude de le faire, inlassablement, avec les mêmes mots, à la même heure, sans frapper, sans s'excuser d'avoir fait intrusion dans ma vie une fois de plus. Hier, elle est venue plus insistante que d'habitude, il fallait que j'aille dans les toilettes des filles immédiatement, il y avait des graffitis.
Pour la deuxième fois de ma courte et déjà trop longue carrière ( peut-être) , j'étais une pute. J'arrive pas à m'y faire. On aura beau dire que c'est la règle du jeu, les risques du métiers et tout le baratin, je veux bien qu'on me déteste mais je veux aussi qu'on me respecte.

11 septembre 2006

à trouver pour demain matin 10H15 (enfin...10H45)

" On ira, où tu voudras quand tu voudras
Et on s'aimera encore,
Lorsque l'amour sera mort
Toute la vie, sera pareille à ce matin
[........................................................]"

A) "où il ne se passe rien"
B) "m'dame j'comprends rien putain"
C) "oui, toi aussi tu peux te faire refaire les seins"

10 septembre 2006

ok d'accord

bon, ok, c'était pas trop dur (il manquait une info, c'est tout)

09 septembre 2006

Evénement éditorial !


Je signale à touzétoutes la parution d'un truc absolument génial. Courez, je dis bien courez, chez votre marchand de journaux acheter le numéro de septembre de La Recherche. D'habitude un peu ésotérique pour les non-scientifiques, ce magazine propose ici, dans son numéro 400, un dossier parfaitement compréhensible pour les non-initiés et les gougnafiers-qu'ont-eu-1-en-maths-au-bac dans mon genre.
"Quatre siècles de science en 116 expériences cruciales, de celles qui bouleversent les certitudes et changent notre vision du monde".
Pour tout comprendre de comment qu'on en est arrivés oukssè qu'on en est scientifiquement parlant maintenant: 5,95 €.

PS: Et en plus, y'a un poster !

Elevage de patates...


de droite à gauche, les évolutions récentes de "patate douce"

06 septembre 2006

la cantine


Vous êtes vraiment trop sexy les garçons!!!

05 septembre 2006

L'invitée mystère...


Qui suis-je?

1- Sécotine protégeant l'entrée de son bureau
2- Lepaysdesrêves agissant sur les carreaux de sa classe
3- Baba se calfeutrant chez elle

un indice: observez les détails: la chemise, les ongles, les lunettes, les bagues...ca y est, vous avez trouvé?

01 septembre 2006

Des bases saines, sereines et solides pour une bonne rentrée


Afin de rompre avec une tradition née l'année dernière qui puise sa vigueur aux sources malfaisantes de l'ironie discount, du persiflage adolescent, du sarcasme de bas étage et de la raillerie de quinzaine commerciale, je m'engage ICI et MAINTENANT en laissant ce post à 7h18 et des birouettes. Pourtant, je ne serai pas en retard à l'assemblée plénière.
Soyons précis, pour être à 9h00 au collège, il me faut quitter mon domicile douillet à 7h50 au maximum. Il me reste ainsi une trentaine de longues minutes pour me préparer et laver un corps que les nombreuses moqueries de collègues ont essayé de salir vainement l'an passé. Ce n'est donc pas parce que je nourris ce blog le matin avant de partir que je vais être en retard.
A bon entendeur salut (et bonne rentrée)